Dounia BOUZAR

D Bouzar.jpg

Ancienne éducatrice à la Protection Judiciaire de la Jeunesse pendant 17 ans, docteur en anthropologie du fait religieux, Dounia Bouzar est auteur d’une vingtaine d’ouvrages sur la compréhension et la gestion de l’islam dans le contexte français laïque, notamment au sein des entreprises et des institutions, dont plusieurs ont été primés par l’Académie des Sciences Morales et Politiques de Paris. En 2005, elle est nommée par le Ministre de l’Intérieur en tant que personnalité qualifiée au Conseil Français du Culte Musulman et sera désignée par le Time Magazine comme « héros européen » pour son travail de réflexion sur « l’islam de France ». Dounia Bouzar fonde en 2008 son propre cabinet d’études et d’analyses : le cabinet Bouzar Expertises, un cabinet « mère-fille » spécialisé sur l’application de la laïcité et la gestion de la diversité convictionnelle, tant dans le monde du travail que dans la société civile. Auteur de plusieurs articles scientifiques, elle a notamment rédigé de nombreux fascicules de « bonnes pratiques » d’équipes éducatives, de villes ou d’entreprises. Elle est également auditrice auprès de l’Institut des Hautes Études de Défense Nationale depuis 2005 et nommée Chevalier de l’Ordre des Palmes Académiques pour son apport au patrimoine culturel français. En 2012, elle devient experte auprès du Conseil de l’Europe sur la dimension religieuse du dialogue interculturel. En 2013, Jean-Marc Ayrault et Jean Glavany, chargé de la laïcité au PS, lui demandent un travail de terrain pour élaborer des fiches pratiques sur des situations concrètes avec les acteurs de grandes villes socialistes de France, parues aux Éditions Jean Jaurès : Guide pratique de la laïcité, une clarification par le concret (Jean Glavany). Le 23 septembre 2013, elle est nommée au sein de l’Observatoire National de la Laïcité. Début 2014, Bernard Cazeneuve, alors Ministre de l’Intérieur, lui demande de quitter son cabinet d’expertises pour monter une association afin de former les équipes des préfectures sur la prévention de la radicalisation et de prendre en charge les 1000 premiers jeunes qui ont cherché à partir rejoindre Daesh. Elle reçoit la médaille de la Légion d’honneur pour son travail de lutte contre l’extrémisme violent dit « djihadiste », remise par Jean-Louis Bianco.  Son dernier livre est écrit avec l’ancien chef de la négociation du RAID, Christophe Caupenne : La tentation de l’extrémisme, djihadistes, suprémacistes blancs et activistes de l’extrême-gauche, aux éd Mardaga. En plus de ses activités de conseils et d’accompagnement des équipes, elle vient de remonter l’association L’Entre-2 pour aider les familles dont les enfants se radicalisent avec une équipe bénévole pluridisciplinaire.